Agro-industrie : Les risques fonciers sont de plus de 60% pour les projets sucriers en Afrique

C’est ce qui ressort d’un récent rapport d’Assessing the costs of tenure risks to agribusiness réalisé par Overseas Development Institute (ODI) et TMP Systems.

Selon ce rapport rendu public récemment, en Afrique, dans le secteur sucrier, 63% des différends sont apparus avant même le démarrage des opérations et 46% des conflits ont duré plus de dix années, la moitié d’entre eux n’étant aujourd’hui toujours pas résolus. Les cas les plus extrêmes se sont déroulés en Tanzanie et Sierra Leone. Le coût est estimé à plus de 100 millions de dollars US.
Le rapport indique par ailleurs que « le risque de différend entre investisseurs et populations locales en Afrique concernant les revendications de terres ou de ressources naturelles est important, pouvant aller jusqu’à plus de 100 millions de dollars US sur divers projets agricoles en Afrique tout en causant des dommages aux communautés locales ».

L’autre secteur très affecté est celui de l’huile de palme où la gestion des problèmes fonciers est particulièrement difficile pour les investissements réalisés. Ainsi, les données collectées auprès des entreprises montrent que ces risques peuvent entraîner un triplement du coût de l’exploitation des palmiers à huile et retarder les opérations, entraînant une perte de revenu comprise entre 8,3 millions et 22,1 millions de dollars US.
Ce rapport, basé sur la consultation de plus 80 entreprises opérant sur toute la chaîne d’approvisionnement agricole en Afrique, met également en lumière la gravité du problème. Qui se décline en « centaines d’incidents générant des retards, violence, annulations de projets et même faillites des entreprises ».

Toutefois, tout n’est pas noir dans le domaine des gros investissements agricoles en Afrique. En effet, le rapport relève des cas d’investissement vertueux comme Dekel en Côte d’Ivoire ou GOPDC au Ghana dans le palmier à huile et Phara Cooperative au Malawi dans le sucre. Il indique alors que « les conflits peuvent être diminués, voir évités, si les risques sont mieux évalués et donc gérés dès le démarrage du projet ». ODI et TMP Systems soulignent que « les difficultés sont accentuées par le fait que de nombreux investisseurs ignorent le problème ou manquent de temps et de ressources pour le résoudre. D’autres n’ont pas les moyens de quantifier les risques liés aux différends fonciers. »

Pour aider les investisseurs à faire face à ces risques fonciers, ODI et TMP Systems ont développé Tenure Risk Tool (TRT), un outil de modélisation économique accessible au public qui permet aux investisseurs d’évaluer et gérer le risque foncier et de déterminer avec précision le coût potentiel d’un litige et in fine d’éviter aux entreprises de réaliser des investissements préjudiciables pour elles-mêmes et les communautés.

Bernard Bangda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *