Cameroun : Prodel intéresse les Baka à l’élevage

Un atelier de validation d’un plan d’action en intégrant les intérêts de ces communautés vivant à l’Est du Cameroun se tient à Bertoua, chef-lieu de cette Région, depuis le 7 février 2019.

C’est une première dans e domaine de la prise en compte des populations Baka. Une organisation qui s’intéresse au développement de l’élevage dans leur milieu. C’est ce à quoi s’attèle depuis le 7 février 2019 le Projet de développement de l’élevage (Prodel), un programme du gouvernement camerounais financé à hauteur de 6à milliards de FCFA par la Banque mondiale. Pendant deux jours, ses experts rencontrent les leaders Baka pour échanger autour d’un plan d’action intégrant les habitudes locales. Pour Prodel, il s’agit de « s’assurer que les Baka bénéficient vraiment de nos services et de nous rendre compte qu’effectivement, les biens et services apportés aux Baka soient adaptés à leur modèle social et culturel ». Un état des lieux au cours duquel Prodel bénéficie de la collaboration de deux entités qui militent en faveur de la préservation des intérêts des Baka à savoir, l’Association pour l’accompagnement du changement en douceur des populations Baka (Pygmod), et Green Development Advocate (GDA).

Au terme des évaluations diagnostiques effectuées de manière participative, il ressort que les Baka penchent pour l’élevage des chèvres dans les enclos. En outre, l’étude a révélé qu’ils sont également portés vers un élevage de la volaille villageoise. Prodel constate enfin qu’il a des atomes crochus avec les Baka dans la production du miel que ces derniers réalisent de manière empirique. L’occasion de la rencontre entre les deux entités donne alors lieu à l’élaboration des stratégies pour une meilleure production avec, en prime, la possibilité de s’ouvrir à un marché lucratif mais compétitif.

Au terme de ces travaux de deux jours à Bertoua, Prodel et les communautés Baka des départements de la Kadey, de la Boumba et Ngoko, et du Haut Nyong vont se séparer après avoir accordé leurs violons autour de ce plan d’action qui privilégie les intérêts et les aspirations des secondes.

Pour rappel, l’intérêt que porte Prodel à l’élevage chez et par les communautés Baka intervient dans un contexte où, du fait des activités forestières et minières, ces dernières ont vu leur environnement se dégrader. Bien plus, au nom de la préservation de la biodiversité, il leur est interdit depuis des décennies de pratiquer la chasse, l’une de leurs principales activités avec la cueillette, notamment du miel. Prodel, selon certains leaders, arrive alors comme un « messie » pour leur permettre de se réorienter vers l’élevage afin de conserver leurs habitudes alimentaires basées sur la viande. Ce faisant, Prodel participe également à la lutte contre la chasse illégale et le braconnage auxquels les Baka se livraient faute d’alternative depuis la mainmise des Bantou sur la forêt, leur milieu naturel.

Bernard Bangda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *