Cameroun-Rca-Congo : péril sur la circulation

La route nationale N° 10 qui relie ces trois pays de la zone Cemac est tombée en ruines dans diverses localités des départements de la Kadey et la Boumba-et-Ngoko à l’Est Cameroun.

Les voyageurs sur la route nationale No 10 qui traversent les départements de la Kadey et la Boumba-et-Ngoko à l’Est et les chauffeurs de gros porteurs qui transportent les marchandises vers le Congo-Brazzaville et les billes de bois en provenance de la République Centrafricaine et le Congo Brazza en passant par cette route vivent un calvaire insupportable depuis plusieurs semaines. Des longues portions sur cette transnationale sont tombées totalement en ruines obligeant les usagers à passer des jours parfois à la belle étoile. « Beaucoup de voyageurs ont passé plus de trois jours sur place. Sur une distance de plus de 75 kilomètres entre Yola et carrefour Kobi dans l’arrondissement de Ndélélé, département de la Kadey, nous avons rencontré une centaine de voyageurs qui avaient déjà passé plusieurs jours sur place. Il y avait aussi un long fil des cars de transport et les grumiers stationnés des deux côté. Sur cette distance, il y a des multiples bourbiers et des trous allant parfois à plus de cinq mètres de profondeur. Les localités de Sobolo, Sangalé et au niveau du poste de contrôle de la gendarmerie à l’entrée de Ndélélé sont les endroits les plus affectés », déclare Jean Sali, ouvrier dans une Ong humanitaire à Ndélélé qui dit avoir payé les jeunes des villages de ces localités pour l’aider à porter sa moto pour lui permettre à relier Bertoua, capitale de la région de l’Est. Selon Abakar Gambo, chauffeur d’un car saviem, « la situation est identique entre Gari-Gombo et Yokadouma », une distance d’environ 60 kilomètres. De Yokadouma et Moloundou, soutient-il, la situation est tout simplement catastrophique. La route nationale No 10 est d’une importance capitale pour la Sous-région Afrique Centrale au vu de son importance économique. C’est sur cette route que les billes de bois en provenance de la République Centrafricaine (Rca), du Congo-Brazzaville et des Ufa situés dans les départements de la Kadey et la Boumba-et-Ngoko à l’Est du Cameroun passent pour le port de Douala où ils sont exportés vers le marché européen et en Asie. La même route permet le ravitaillement de la Rca et le Congo-Brazza avec les marchandises en provenance du port de Douala. Depuis la fin du programme d’entretien triennal des routes en terre battue en 2006, la nationale No 10 est victime des retards des procédures de passation des marchés d’entretien courant des routes entre l’Etat et les entreprises. Des sources de la délégation régionale des Travaux publics de l’Est affirment que le Mintp est au courant de cette situation.

Sébastian Chi Elvido, Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *