Croissance en Zone Cemac : ce que le FMI attend des Etats membres

Face aux chocs extérieurs, l’institution de Bretton Woods évoque « l’impérieuse nécessité » de la mise en œuvre des programmes conclus avec les Etats de cette région du continent.

Christine Lagarde, la Directrice générale du Fonds monétaire international (Fmi), a rencontré le 15 juin 2018, Abbas Mahamat Tolli, Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) et d’autres hauts responsables de l’institution sous-régionale. Au cœur des échanges entre les deux personnalités, apprend-on de la communication du Fmi, le point sur les progrès de la stratégie adoptée par la Beac et la Commission bancaire (Cobac) pour soutenir les efforts d’ajustement entrepris par les Etats membres de la Cemac en réponse à la forte baisse des prix du pétrole de 2014. Cet effort, faut-il le préciser, est actuellement soutenu par le Fonds monétaire international à travers les programmes qu’il appuie dans quatre des six pays de la Cemac (Cameroun, Tchad, Gabon, Congo-Brazzaville).

Les deux personnalités ont aussi évoqué les mesures fortes adoptées par la Beac pour soutenir la stabilité extérieure et de la nécessité de maintenir les politiques de soutien de la Beac. En fait de mesures fortes, il s’agit d’une politique monétaire plus stricte, de l’élimination du financement direct des budgets et des reformes ambitieuses pour renforcer et moderniser la gouvernance et les opérations de la banque centrale. La patronne du Fmi et le Gouverneur de la Beac ont également élaboré sur les importantes réformes entreprises par la Cobac pour renforcer la stabilité du secteur financer. Notons que tous ces efforts ont contribué à stopper la baisse des réserves officielles de la Beac en 2017. Par ailleurs, Christine Lagarde et Mahamat Abbas Tolli ont insisté sur « l’impérieuse nécessité » pour les autorités nationales des pays de la Cemac de « mettre en œuvre les politiques et les réformes et d’atteindre les objectifs budgétaires arrêtés dans le cadre des programmes soutenus par le Fmi ».  Car, comme conséquences à ces actions, la restauration de la soutenabilité interne et externe des économies des Etats membres de la Cemac et l’ouverture de la voie à une croissance forte et plus inclusive dans la région. Ces efforts continus des pays de la Cemac, soutenus par des politiques appropriées des institutions régionales, devraient permettre une accumulation supplémentaire de réserves régionales et renforcer ainsi la position extérieure régionale. « Je note avec satisfaction les réformes importantes conduites par la Beac et la Cobac et leur engagement constant pour une politique résolue, essentielle au succès des programmes soutenus par le Fmi dans les pays de la Cemac et j’ai remercié le Gouverneur pour le leadership dont il a fait preuve en soutenant cette réponse régionale de grande envergure », a indique Lagarde au sortir de son entrevue avec le Gouverneur

Achille KAMGA, Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *