Investissements en Afrique : la pression des Multinationales sur les terres

Un fléau qui découle du fait que les représentants des Etats du continent ayant une appréciation limitée des enjeux et des pratiques ont à négocier avec des puissances chevronnées, disposant d’une longue expérience dans le développement de projets.

Depuis la crise financière de 2008, on assiste à une nouvelle vague d’investissements à grande échelle sur les terres du continent africain. Ainsi, depuis 2018, Land Matrix a répertorié 1638 transactions représentant un total de 45 millions d’hectares. Les investissements concernés proviennent pour la plupart de nouveaux partenaires des pays hôtes et portent sur des superficies de plus en plus grandes. Les secteurs concernés sont l’agro-industrie, le secteur extractif, l’exploitation forestière, les concessions de conservation, les aires protégés, les zones de chasse sportive et la construction des grandes infrastructures. S’agissant de l’agro-industrie, les Etats ont désormais à faire à des acteurs chevronnés, disposant d’une longue expérience dans le développement de projets sur la planète et qui négocient souvent avec des représentants d’Etats ayant une appréciation limitée des enjeux et des pratiques. Par ailleurs, la pratique contractuelle fait partie des domaines dans laquelle l’observation indique une difficulté des Etats à assurer une protection optimale de leurs intérêts, face aux investisseurs puissants. De l’autre côté, les contrats se sont complexifiés depuis 2008, et le contexte du droit international des investissements dans lequel ils s’inscrivent limite la marge de manœuvre des Etats dans la gestion des terres concédées et dans l’imposition d’obligations aux concessionnaires. Cette dynamique a conduit à l’intensification de la réflexion sur la gestion des terres en Afrique, et surtout sur les demandes des terres à grande échelle sur le continent.

Sébastian Chi Elvido, Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *