La messagerie numérique améliore la prise en charge du cancer en Zambie

Cette initiative du ministère de la santé vise à couvrir le pays d’informations sanitaires sur diverses maladies non contagieuses.

Depuis 2016, le ministère de la Santé zambien a mis en place le mSanté, un système d’envoi des SMS clairs et brefs sur le cancer du col de l’utérus, ses facteurs de risque et ce que les communautés et les individus peuvent faire pour se protéger contre cette maladie. Il s’agit d’un programme conjoint de l’OMS et de l’Union internationale des télécommunications avec la Banque africaine de développement, le ministère des transports et des communications et l’Autorité zambienne des technologies de l’information et des communications, visant à couvrir le pays d’informations sanitaires sur diverses maladies non contagieuses.

Avec près de 74% de pénétration de la téléphonie mobile dans le pays et 51% de la population considérée comme utilisatrice active du téléphone mobile, la messagerie mSanté sur le cancer du col de l’utérus montre des résultats encourageants avec des demandeurs de services qui attribuent à ses alertes leur visite.

En Zambie, le cancer en général représente une charge de morbidité importante. Quant au cancer du col de l’utérus, il est l’un des cancers les plus courants au pays. Le pays occupe le 3ème rang mondial en termes de prévalence du cancer du col de l’utérus. La tranche d’âge pour le dépistage est de 25-59 ans.

Le faible niveau de sensibilisation des Zambiens avant l’introduction de la mSanté au sujet du cancer du col de l’utérus et des services disponibles, en particulier dans les communautés isolées et rurales éloignées, éloignées d’un dispensaire, a entraîné des retards dans le recours aux soins préventifs, souvent pas avant que la maladie ait progressé trop loin pour se transformer.

Les femmes, alertées par mSanté, affluent dans les formations sanitaires du pays pour un dépistage précoce. Pour leur prise en charge, le ministère de la Santé a mis en place une infrastructure avancée. Avec une spécificité : l’hôpital des maladies du cancer a ouvert ses portes en 2007.

Le cancer du col de l’utérus est la forme de cancer la plus courante dans la région africaine, où, selon l’OMS, il représente chaque année 22 % de tous les cas de cancer chez les femmes et 12 % de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués chez les hommes et les femmes en général.

Le dépistage systématique du cancer du col de l’utérus et le traitement précoce peuvent prévenir jusqu’à 80 % des cas de cancer du col de l’utérus si les anomalies du col de l’utérus sont détectées suffisamment tôt, alors qu’elles peuvent encore être traitées.

Bernard Bangda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *