Malnutrition : 35,5% d’enfants victimes à l’Est Cameroun

Pour combattre ce fléau de la santé infantile, les Communes de la région ont créé un réseau au terme d’un atelier sur la promotion de la nutrition organisé par HKI.

Selon Osé Nchanje, point focal nutrition à la délégation régionale de la santé publique de l’Est, la situation de la malnutrition infantile est alarmante. « D’après les enquêtes menées par l’UNICEF en 2018, 35,5% d’enfants souffrent de la malnutrition chronique ayant pour principale conséquence, le niveau de croissance desdits enfants. Par ailleurs il faut noter que la malnutrition aigüe globale est de 2,5%. Compte tenu de ces résultats, les défis d’accompagnement des communautés pour renverser cette tendance sont énormes et les pouvoir publics ont besoin de l’adhésion de toutes les sectorielles afin que les pratiques nutritionnelles des enfants soient garanties au mois pendant les 100 premiers jours de vie » explique-t-il. Par ailleurs les statistiques de la santé publique indiquent que la situation est plus préoccupante dans les zones frontalières qui ont connue un flux massif des réfugiés centrafricains depuis plusieurs années. « Le plus grand regret est que durant toutes ces dernières années, l’aide alimentaire des partenaires au développement n’était pas accessible aux populations locales et aussi notre commune n’a pas toujours été impliquée dans les activités de nutrition. Actuellement, les réfugiés ne bénéficient plus d’appui alimentaire. Chacun se débrouille comme il peut. Le processus d’autonomisation est enclenché», indique Esther Yafone Ndoe, maire de la commune de Garoua-Boulaï. En réponse à cette problématique de la santé publique, la Fondation Helen Keller International (HKI) avec l’appui technique de Scaling Up Nutrition (SUN) en partenariat avec le Minsanté a organisé un atelier à Bertoua le 17 et 18 janvier 2019 sous le thème : « Renforcement des capacités et support des élus locaux et OSC de la région de l’Est Cameroun sur la mobilisation sociale, la plaidoyer et communication pour la nutrition ». Au terme de l’atelier, le Réseau des Communes de l’Est pour la Promotion de la Nutrition (Recenut) a été créé pour objectifs : réunir toutes les communes autour d’un idéal commun, mettre en commun les actions des municipalités dans la promotion de la question de la nutrition et faire un plaidoyer auprès de l’Etat, des partenaires pour solliciter les moyens, pour la mise en œuvre des actions à mener sur le terrain. Le réseau a pour président, Jean Marie Nguélé maire de la commune de Nguélémendouka. Rappelons qu’au Cameroun, trois régions sont les plus touchées par la malnutrition, à savoir, l’Extrême-Nord, le Nord et l’Est, avec respectivement 41,9% ; 37,8% et 35,8% du taux de malnutrition selon les résultats de l’enquête de 2014. A signaler aussi, 60% des enfants de moins de cinq ans souffrent d’anémie, et 35% de carence en vitamine A.

Sébastian Chi Elvido, Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *