ODD/Agenda 2063 : L’Union africaine et le Cafor signent un protocole d’accord pour le développement de l’éducation

De sources officielles au siège de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, la Commission de l’Union africaine (CUA) et le Forum africain de la Coalition pour les médias et l’éducation au développement (Cafor) ont signé le 18 janvier 2019 un mémorandum d’entente (MOU) visant à renforcer l’intégration des objectifs de développement durable (ODD) mondiaux et les outils de politique sectorielle en matière de développement de l’éducation de l’Agenda continental 2063 dans la politique et la mise en œuvre au niveau des pays. Ces outils sont constitués de la Stratégie continentale pour l’éducation en Afrique (CESA 16-25), la Stratégie pour l’éducation, la technologie et l’innovation en Afrique (STISA 2024) et la Stratégie continentale pour l’enseignement et la formation techniques et professionnels (Stratégie continentale pour l’EFTP) au niveau des pays et des stratégies sectorielles pour le développement de l’Afrique.

Lors de la cérémonie de signature de ce protocole, la Commissaire aux Ressources humaines, aux Sciences et à la Technologie de la CUA, Son Excellence Pr. Sarah Anyang Agbor, a exprimé l’espoir que « la mise en œuvre du mémorandum d’entente renforcerait le dialogue sur les questions politiques, comme recommandé par l’Union africaine par le biais de la CESA 16 -25, et l’autre agenda politique de l’UA ». Mme Anyang Agbor a suggéré que cet accord devrait favoriser « une compréhension commune des réformes de l’éducation pour la participation des jeunes à leur main-d’œuvre nationale respective » et contribuerait à « renforcer l’engagement et la propriété de la vision partagée ». Le Commissaire s’est engagé à soutenir les efforts de la Cafor visant à renforcer les capacités des multiples acteurs concernés par la communication des programmes d’éducation en Afrique.

Pour elle, « la Commission et la Cafor devraient partager leurs recherches avec une cartographie de nos institutions et organisations offrant un apprentissage tout au long de la vie afin de veiller à ce que la population jeune soit bien informée et développe de meilleures compétences en communication ». Elle a conclu en soulignant que « la Commission compte sur Cafor et son réseau étendu de journalistes, communicateurs et professionnels des domaines de l’éducation, de la communication et du développement de l’Afrique pour assurer le partage des connaissances et des informations sur les stratégies de développement de l’Afrique, conformément au programme de l’Union africaine 2063 ».

Prenant la parole, la présidente de la Cafor, Pr. Kate Adoo Adeku, dit son intérêt de nouer une relation de travail durable avec l’UA pour la mise en œuvre d’innovations visant à faire progresser les politiques mondiales et continentales dans le cadre des diverses responsabilités. Elle indique que lors de la mise en œuvre des programmes, l’organisation va se concentrer sur le renforcement du dialogue sur les questions politiques recommandées par l’UA dans la Stratégie continentale pour l’éducation pour l’Afrique 2016-2025 et l’Agenda 2063, le plan directeur pour la transformation du continent africain sur 50 ans. Développement socio-économique

Pr. Kate Adoo Adeku a déclaré à l’auditoire que le Cafor se concentrerait principalement sur les jeunes hommes et femmes, en veillant à ce que les défis et les solutions de nos systèmes éducatifs sur le continent soient mieux compris par ceux à qui il est confié de les appliquer. En outre, elle a dévoilé que ce partenariat irait au-delà du partage du travail et de l’expérience et inclurait le partage de l’expertise.

L’UA et la CAFOR vont travailler ensemble pour mobiliser des ressources et plaider en faveur d’une éducation pertinente des jeunes, renforcer leurs capacités, mener des recherches, en particulier dans les domaines de la science, de la technologie et des innovations, en dotant les jeunes de compétences exceptionnelles leur permettant de faire face au travail moderne exigences et la documentation des meilleures pratiques.

Le vice-président de la Commission de l’UA, Kwesi Quartey, dans son intervention, a souhaité la bienvenue à la Cafor au nom du président de la CUA, Moussa Faki Mahamat et le président de l’Union africaine, Paul Kagame, président du Rwanda, dont la passion et l’intérêt pour l’éducation est bien connu, et a remercié toutes les personnes présentes pour l’événement important de la signature du MOU. Il a déclaré que l’un des rêves et de la vision de l’Union africaine était que tous les enfants soient scolarisés d’ici à 2020.

Notant que l’Afrique comptait le plus grand nombre de jeunes et compte tenu du fait que cette prépondérance pouvait devenir une crise ou une opportunité, il a déclaré que l’éducation devenait un outil essentiel pour faire progresser les efforts de développement de l’Afrique afin de créer une société prospère, pacifique, intégrée et heureuse. Afrique. Il a déclaré que l’éducation développait le capital humain. La vice-présidente a mis l’accent sur la dimension de genre dans l’éducation et a ajouté que l’éducation est essentielle à la paix, qui survient lorsque les personnes sont mieux informées et éduquées. « Nous devons avoir une Afrique alphabétisée et numérotée, une Afrique imbibée de science et de technologie au service du développement. Il a souligné qu’au moment de l’esclavage, il était punissable de mort de faire instruire un esclave et que, par conséquent, l’éducation était une libération », a-t-il souligné. Enfin, il a remercié Mmes Anyang Agbor et Adoo-Adeku, et le Dr Lawalley Cole, ainsi que tous les membres de la Cafor pour cette initiative et a assuré tout le soutien de l’UA à la réalisation de ces ambitions. Il a également remercié les médias éthiopiens pour leur engagement continu et leur hospitalité. Dr. Beatrice Njenga, responsable de l’éducation à la Commission, assistait à la cérémonie avec le soutien de M. Olatoundji Francis Adaniao du Bureau du conseiller juridique de l’UA.

Les ambassadeurs accrédités auprès de l’UA et de l’Éthiopie, les représentants des Nations Unies, les membres de la Cafor basés en Éthiopie, le directeur exécutif de la Cafor, des membres du personnel des départements de la CUA et d’autres personnalités de la Commission de l’UA ont assisté à l’occasion.

Bernard Bangda, avec www.au.int

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *