Partenariat public-privé : L’Etat du Rwanda et AIF, vent debout contre la malnutrition

Le partenariat entre les deux parties permet la distribution gratuite, dans les formations sanitaires du pays, d’aliments enrichis produits par Africa Improved Foods (AIF).

L’expérience est partagée au cours de la session consacrée aux innovations gagnant-gagnant de l’édition 2018 de l’African Green Revolution Forum qui s’est déroulée du 5 au 8 septembre 2018 à Kigali au Rwanda. Au cours de sa présentation, le Senior Relationship Manager d’AIF, Bernard Banamwana, déroule la stratégie de l’entreprise qu’il représente sur le panel pour réduire les effets de la malnutrition sur les femmes enceintes, les femmes allaitantes et leurs bébés ainsi que le retard de croissance dans le pays et dans la région d’Afrique de l’Est en fabriquant des aliments de complément nutritifs de haute qualité. « Nos produits nutritionnels visent à lutter contre la malnutrition au sein de cette population vulnérable formée par les femmes enceintes et allaitantes, les nourrissons plus âgés et les jeunes enfants, en particulier pendant les 1 000 premiers jours de leur vie », expose Bernard Banamwana rencontré quelques jours plus tard au Kigali Convention Centre où se déroulait ce forum. Un objectif également visé par le gouvernement du Rwanda. Cette convergence de vue est alors la base d’une collaboration entre les deux parties. Seulement, dans sa politique de faire de l’agriculture le socle de l’économie du pays, le gouvernement rwandais tient à ce que ces aliments soient produits avec le maïs et les fèves de soja cultivés localement. Ils sont ensuite broyés et mélangés avec un pré-mélange de micro-nutriments, du lait écrémé en poudre et de l’huile de soja dans les usines de l’AIF situés à Kigali. Un autre point de convergence avec l’AIF : « Nous nous efforçons pour que nos activités aient le maximum d’impact social, économique et environnemental dans les communautés où nous exerçons nos activités ».

Selon les responsables de l’AIF, « Ce partenariat s’inspire également de résultats de plusieurs études selon lesquels les 1 000 premiers jours, de la conception au 2ème anniversaire de l’enfant, sont essentiels à son développement physique et mental et que l’enfant doit être exclusivement nourri au sein pour les premiers six mois de vie pour atteindre une croissance, un développement et une santé à long terme optimaux. Les mêmes études montrent aussi que les nourrissons âgés de plus de six mois, tout en continuant à être allaités, et les jeunes enfants devraient recevoir des aliments complémentaires nutritionnels de qualité ». Lors du lancement des produits Nootri en 2017, le directeur national d’AIF, Prosper Ndayiragije, déclarait que « les enfants de plus de six mois et les jeunes enfants devraient recevoir des aliments complémentaires nutritionnels et de qualité supérieure tout en continuant à être allaités au moins jusqu’à ce que l’enfant ait deux ans ou plus. AIF estime important que tous les enfants aient la possibilité de développer pleinement leur potentiel en leur donnant une nutrition adéquate ».

Nootri pour toute la famille

Le Nootri est un porridge nutritif multigrain produit localement avec du soja, du maïs et du sorgho non-OGM (organismes génétiquement modifiés) de qualité supérieure. Il a été conçu pour être l’aliment idéal pour toute la famille.

Par ailleurs, en réponse à une demande publique pour ce qui allait être connu sous le nom de «Nootri papa», le premier producteur de produits nutritifs multigrains du Rwanda a élargi sa gamme de produits avec le produit Nootri Family.

Pour rappel, AIF est une coentreprise entre le gouvernement du Rwanda et un consortium composé de Royal DSM, de la banque de développement néerlandaise (FMO), de la Facilité d’accélération de l’impact DFID, gérée par CDC Group Plc et International Finance Corporation (IFC) Group.

Le Rwanda, un pays qui a dépassé la plupart de ses objectifs de développement, doit encore faire face à des problèmes de malnutrition chronique ou de retard de croissance. Le rapport 2015 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montre que plus de 38% de la population rwandaise souffre d’un retard de croissance. Ce taux est particulièrement élevé parmi les ménages les plus pauvres ou vivant en zone rurale, d’où la nécessité de rendre les produits Nootri plus accessibles. Nootri Mama et Nootri Toto, produits pour les mères enceintes et allaitantes et Toto, destinés aux enfants de plus de six mois, Nootri Family devrait compléter les deux premiers avec un foyer beaucoup plus inclusif.

Bernard Bangda, de retour de Kigali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *