Près de 180 millions de dollars du FEM pour les projets de la FAO

L’appui vise à stimuler les efforts dans la lutte contre la déforestation, la désertification et le changement climatique et à renforcer les systèmes alimentaires

Le 14 juin 2019, le Conseil du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) a décidé d’octroyer 179 millions de dollars à l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). C’est la substance d’un article rendu public le même jour sur le site de la FAO, www.fao.org. Ces fonds serviront au financement des projets coordonnés par la FAO sur la question du lien critique entre l’agriculture et l’environnement.

Le financement approuvé au cours de la réunion du Conseil de la FEM va être mis à la disposition de deux programmes spécifiques phares, les « Impact Programs ». Le premier, pour les paysages durables des terres arides (DSL), d’environ 104 millions de dollars, coordonné par la FAO, sera mis en œuvre dans 11 pays d’Afrique et d’Asie (Angola, Botswana, Burkina Faso, Kazakhstan, Kenya, Malawi, Mongolie, Mozambique, Namibie, République-Unie de Tanzanie et Zimbabwe), en partenariat avec la Banque mondiale (BM), l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et le Fonds mondial pour la nature (WWF). Il s’agit de soutenir les efforts de ces pays pour éviter, réduire et inverser la tendance à la déforestation, à la dégradation et à la désertification. Toujours avec la BM, la FAO va piloter le programme pour les systèmes alimentaires, l’utilisation des terres et la remise en état.

A l’annonce de ces nouvelles, Maria Helena Semedo, la directrice générale adjointe de la FAO, Climat et Ressources naturelles exprime sa satisfaction : « La FAO se réjouit de la décision du Conseil du FEM qui s’appuie sur un partenariat de longue date et qui contribue de manière significative au besoin de répondre aux défis environnementaux critiques tout en améliorant la sécurité alimentaire ».

Pour rappel, la FAO et le FEM entretiennent un partenariat pour répondre aux questions environnementales mondiales les plus difficiles qui concernent la biodiversité, le changement climatique, la dégradation des sols, les produits chimiques et les eaux internationales.

Le FEM accorde des subventions aux pays afin qu’ils puissent faire face à ces défis et contribuer dans le même temps à des objectifs clés de développement, comme la sécurité alimentaire.

Bernard Bangda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *